BIEN-ETRE,  CHALLENGES

Mes règles de conduite quand je fais du shopping

Bon, ce week-end, j’ai comme qui dirait un peu craqué dans l’une de mes boutiques préférée… Alors quand je dis « craqué », tout est relatif c’est sûr, selon le budget et les habitudes de chacun. Mais dans la mesure ou je ne devais repartir qu’avec un manteau, repéré depuis plusieurs jours chez bonobo, et accessible soldé pour l’occasion, et qu’au final, je suis repartie avec une tenue complète…Oui, on peut dire que j’ai vraiment craqué !

Mais cette petite folie m’a inspiré un article sur mes règles de conduite concernant la gestion de ma garde robe, alors bon, allons-y, tentons de justifier ma session shopping du week-end.

Les vêtements et moi

En effet, comme beaucoup, j’ai longtemps gardé des tas de vêtements que je ne mettais plus. Je les gardais par nostalgie, parce que j’avais adoré les porter, ou parce qu’on me les avait offerts, donnés, alors que je ne savais pas trop comment les porter.

Chaque changement de saison était l’occasion de trier, et petit à petit, d’année en année, j’ai fini par définir une stratégie avec quelques règles que j’essaye vraiment de m’imposer pour arrêter de me retrouver devant mon armoire avec le sentiment de n’avoir rien à me mettre.

Règles n°1: acheter des tenues complètes

La première règle que je m’applique, c’est que je n’achète plus de pièce unique, haut ou bas, sans avoir déjà prévu dès l’essayage en boutique, avec quoi je l’assortirai.

Par exemple, si je ne vois pas de suite quel haut ira avec une jupe que je trouve trop belle et originale, alors 2 options se présentent à moi : soit je repose la jupe, soit j’achète une tenue complète. Quand le budget me le permet, il m’arrivera même de repartir avec la veste qui sera assortie à l’ensemble, ou alors les chaussures.

Depuis que je m’impose cette règle, il ne m’arrive quasiment plus d’avoir dans mon armoire un vêtement neuf, adoré, mais jamais porté.

Lors de mes sessions shopping; je m’autorise ainsi des pièces originales, colorées, ou à la mode du moment, alors que pendant longtemps, j’ai adopté une mauvaise stratégie en me rabattant uniquement sur des basiques classiques.

Règle n°2: demander conseil aux experts

Une 2eme règle qui fait partie de mes pratiques depuis bien longtemps, et qui est aujourd’hui liée à la 1ere, c’est que je demande conseil aux vendeurs.

Je suis de nature à faire confiance aux experts : que ce soit un coiffeur, un libraire, un boucher, …j’estime qu’ils connaissent bien mieux que moi les produits qu’ils vendent.

De la même manière que je demande à un caviste quel vin s’accordera le mieux avec mon repas du soir, sachant que je recherche au départ un vin rouge et non un vin blanc, et bien je vais demander aux vendeurs quel haut de la boutique ira le mieux avec la jupe sachant que je n’aime pas telle ou telle couleur, par exemple.

On est d’accord qu’il faut aussi tomber sur une personne compétente et de confiance, mais c’est aussi cette expérience qui va faire que je vais retourner, ou pas, dans une boutique.

Quand on accepte le conseil, souvent on essaye des vêtements que l’on n’aurait pas choisis, des couleurs que l’on ne pensait pas aimer porter. On se donne plus de possibilités et on apprend aussi à développer son propre style.

Règle n°3: accepter sa morphologie

La 3eme règle concerne le fait d’accepter sa morphologie, de faire le deuil de certaines fringues tendance qui ne nous vont pas (et qui vont à très peu de personnes en fait) et de définir le type de coupe dans lequel on se sent bien et qui nous mettent en valeur.

Pour ma part, j’ai définitivement écarté les jeans taille basse, et les chaussures avec trop de brides… Pour les jeans, la mode du moment m’est clairement favorable, mais je reste parfois séduite par une couleur ou un style, et même si je me laisse tenter par un essayage, le doute que je peux ressentir devant le miroir de la cabine me rappelle à l’ordre immédiatement.

Je crois sincèrement qu’il ne sert à rien de s’obstiner à porter son attention sur des choses qui ne sont pas réalistes. Il vaut mieux accepter sa morphologie, faire en fonction, et du coup prendre du plaisir à s’habiller.

Décréter que rien ne nous va, parce qu’on essaye uniquement des vêtements qui iraient à une mannequin d’1m80 qui rentre dans un 38, voir un 36, est un non sens.

Quand on accepte son corps, on peut se concentrer sur ses qualités, les mettre en valeur, et entretenir voir développer une bienveillance envers soi même. Je pense que c’est comme ça que l’on peut commencer à se trouver beau. Et plus on se trouve beau, plus on le devient.

Règle n°4: garder uniquement les vêtements dans lesquels on se sent sûr de soi

La 4eme et dernière règle est la plus récente me concernant. Elle m’a été soufflée par l’une de mes tantes, lors d’une discussion sur les méthodes de rangement. Nous étions en train d’échanger sur les préceptes de Marie Kondo, et notamment sur le fait que j’avais du mal à adhérer avec le comportement de devoir remercier son vêtement avant de s’en séparer…

C’est à ce moment là que ma tante m’a révélé son secret pour trier les armoires. Elle avait adapté la méthode de mme Kondo en instaurant un petit rituel bien a elle. Ainsi le sort de chacun de ses vêtements allait dépendre de la réponse apportée à ces 2 questions : est-ce que ce vêtement me rend beau et est-ce que je me sens sûre de moi quand je le porte.

Cette 2eme interrogation fut une révélation pour moi. En effet, après avoir trié et re-trié, saison après saison, année après année, certains vêtements ne quittaient jamais mes placards, alors que je ne les avais pas porté une seule fois depuis des années. Et j’ai enfin compris pourquoi : dans la majorité des cas, je me sentais plutôt belle quand je les portais, mais pas sure de moi. Et c’est d’en prendre conscience qui m’a permis de passer à autre chose et d’enfin réussir à les donner. Mon mari s’est plié à l’exercice, et il a pu lui aussi éclaircir les étagères alors qu’il est de nature a beaucoup s’attacher aux objets du quotidien.

Cette notion de se sentir sûr de soi en portant certaines tenues m’a aidé à faire du tri, mais elle a un impact quotidien chez moi puisqu’elle influence mes choix vestimentaires de la journée par exemple, ou alors mes actes d’achat.

 

Voilà, c’est ma manière de gérer ma garde robe, et c’est ce qui impacte ma manière de faire du shopping. Je sais que certains appliquent d’autres règles, du type « un article entre dans le placard, un en sort » ou alors ils investissent dans des pièces intemporels qui vont avec tout et qu’ils vont garder longtemps.

Et vous, vous faites comment?

 

Amandine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *